Les gras saturés… pas si mauvais ?

Hello !
Dernièrement, j’ai écris beaucoup de posts portant sur des recettes ou des sujets sur l’alimentation. Je vous présente aujourd’hui un petit article que j’ai préparé suite à la lecture d’un document scientifique qui a circulé dans notre groupe d’étudiants en nutrition. Je me disais que je devais partager cet information ! Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas allée dans les détails trop scientifiques ! Donc, voilà, comme le dit le titre de mon article, discutons des gras saturés !

Les gras saturés ont toujours eu une mauvaise réputation pour la santé : ils augmenteraient les risques de maladies cardiaques en étant associés à la formation de cholestérol sanguin. On retrouve les gras saturés dans les viandes (bœuf, poulet, agneau, porc et veau), les huiles de coco, de palme et de palmiste et sans les produits laitiers (beurre, fromage et lait entier).
saturated_fat_sources_small

dietary fats

Ces gras ont été classés comme état des « mauvais gras », au même titre que les gras trans. On recommande habituellement d’en réduire la consommation et de choisir des produits à faible teneur en gras. Or, cette vision négative des gras saturés pourrait être sur le point de changer.
Selon une récente revue de littérature de plus de 133 études publiée récemment dans le journal scientifique American Society for Nutrition ayant pour titre « Dietary Fats and Health: Dietary Recommendations in the Context of Scientific Evidence« , les gras saturés ne seraient pas si néfastes pour la santé qu’on le croit. Les gras saturés provenant les produits laitiers et des huiles tropicales (coco, palme et palmiste) ne seraient pas dommageables pour la santé et pourraient même être bénéfiques. Et oui. Plutôt contradictoire aux recommandations actuelles, non ?
J’ai ressorti quelques éléments clés de cette revue de littérature afin de vous partager cette nouvelle assez surprenante.

– Les évidences sont de plus en plus claires que les oméga-6 seraient des promoteurs de l’inflammation tandis que les oméga-3 auraient des effets inverses. Les gras saturés, quant à eux, n’auraient pas d’effets sur l’inflammation.

– Les huiles tropicales, telles que l’huile de palme et de noix de coco, sont perçues comme étant dommageables à la santé dû à leur forte teneur en gras saturés. Or, des études ont démontrés que l’huile de palme comparativement à l’huile d’olive n’aurait pas d’effets dommageables sur les valeurs de lipides sanguins des participants. Ainsi, cette mauvaise image que nous percevons des huiles tropicales est peu fondée. En effet, les pays ayant la plus forte consommation d’huiles tropicales ont également les taux les plus bas de maladies cardiovasculaires dans le monde.

– Une diète riche en huile de noix de coco pourrait contribuer à diminuer les facteurs de risque de maladies coronariennes.

– Les gras saturés à chaine moyenne que l’on retrouve notamment dans le lait de vache et l’huile de noix de coco auraient des effets bénéfiques sur les taux de HDL sanguin (« bon » cholestérol).

– En ce qui concerne les gras saturés contenus dans les viandes, il y a un petit bémol. Lorsqu’ils sont chauffés à très hautes températures, les gras saturés produiraient des aldéhydes, des molécules qui sembleraient dommageables pour la santé. Or, il est peu fréquent qu’on consomme un steak ou de la viande hachée crue. C’est plutôt la cuisson à hautes températures qu’on devrait diminuer et non les gras saturés eux-mêmes.

– Les produits laitiers, qui sont des sources de gras saturés, sont rarement chauffés à de hautes températures. Donc, pas de quoi à s’inquiéter de la formation d’aldéhydes. Les gras saturés des produits laitiers seraient donc préférables à ceux de la viande, à cause de la cuisson.

– L’évitement des gras saturés auraient amené la population à consommer davantage de glucides, particulièrement de sucres, qui pourrait avoir un rôle dans l’augmentation fulgurante de l’obésité. Le fructose semblerait particulièrement problématique et les données scientifiques à ce sujet se font de plus en plus évidentes. Une forte consommation de fructose serait liée entre autres à des taux élevés de triglycérides sanguins, d’acide urique (goutte) et un risque plus élevé de syndrome métabolique.

Voilà. Je n’ai pas voulu rentrer dans les détails trop scientifiques et risquer de vous perdre en cours de lecture. Cela démontre que la nutrition est une science en constante évolution et que parfois, nous ne devons pas avoir peur de remettre en question ce que nous avons appris, peut importe le domaine. Je tiens aussi à souligner que ces données sont très pertinentes, mais ce n’est pas en évitant ou en ajoutant tel ou tel aliment que nous pouvons faire une différence sur notre santé. Les gras saturés, par exemple, constituent un élément dans un ensemble de facteurs qui influencent l’état de santé d’une personne : l’exercice physique, la consommation de sucre, de fibres ou de fruits et de légumes en sont des exemples.

Si vous voulez en savoir davantage sur le sujet et lire cette revue de littérature, je vous joint le lien : Dietary Fats and Health: Dietary Recommendations in the Context of Scientific Evidence.

Autre source: Santé Canada: Les gras : les bons, les mauvais et les vilains.
Site original du graphique : cliquer ici.

Bonne soirée et n’hésitez pas à poster vos commentaires ! 🙂

Catherine 

Publicités

3 réflexions sur “Les gras saturés… pas si mauvais ?

  1. Dans le contexte perpétuel de dénigrement de certaines de ces graisses, il est bon de lire que certains ont suffisamment d’intégrité pour partager ces éléments essentiels.
    Merci pour cet excellent article. Ces dires sont soutenus par de nombreux médecins sur le net.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s